Je le dis souvent : un chimpanzé saurait rouler vite en ligne droite à moto ! Cela ne présente aucune difficulté technique, aucun mérite, voire aucun intérêt.
La vraie difficulté à moto (et le plus plaisant à mes yeux) est de savoir conserver son équilibre à très basse vitesse, négocier un virage avec une inclinaison maximale sans se mettre en danger et… s’arrêter en sécurité à n’importe quel moment, sans jamais risquer la chute, quelles que soient les circonstances.

Et toute personne ayant un peu d’expérience sur un deux-roues moteur sait que ce n’est pas si facile qu’il y paraît.
Beaucoup de motards finissent par terre parce qu’ils n’ont pas su freiner assez fort pour s’arrêter à temps. D’autres chutent parce qu’ils ont freiné trop fort. Certains perdent l’équilibre parce qu’ils freinent de l’avant avec le guidon braqué. D’autres partent dans le décor parce qu’ils ont peur de freiner de l’avant sur l’angle.
Autant une partie des conducteurs de 2RM ne jurent que par le frein avant et n’utilisent jamais l’arrière, autant une autre partie ne freine que de l’arrière par peur de la brutalité du frein avant !
Comment s’y retrouver ?

Le cours de freinage fait souvent peur aux stagiaires. Vous redoutez souvent de ne pas savoir maîtriser, de mettre la moto au sol, de vous faire mal…

C’est pourquoi je prends toujours le temps de passer d’abord par une phase d’apprentissage du dosage de frein. On n’a pas toujours besoin de freiner fort, il faut savoir sentir les différentes réactions de son système de freinage afin d’adapter la puissance de freinage aux circonstances.
Vous découvrirez la très grande variété de freinages possibles, comment vous pouvez doser exactement votre frein avant.

C’est seulement ensuite qu’il sera temps de commencer à solliciter la puissance de votre système de freinage, toujours progressivement.
D’abord avec seulement le frein avant, puis en combinaison avec le frein arrière.
Une fois que les gestes sont bien compris, automatisés, nous pourrons passer à l’apprentissage du freinage dégressif, plus efficace.

Et si vous désirez aller plus loin, s’il reste du temps ou si vous avez déjà suivi un stage de niveau « initial », vous pourrez apprendre à gérer une manoeuvre de freinage suivi d’un évitement.
En effet, dans la vraie vie, ce n’est pas comme au plateau : on n’évite pas d’abord pour freiner ensuite. Si on a évité le danger, quelle est l’utilité de s’arrêter ? La réalité, plus difficile à maîtriser, c’est qu’on commence d’abord par freiner et si on s’aperçoit que la distance est insuffisante et qu’il existe une issue, il est préférable d’éviter l’obstacle que de le percuter.

Autre manoeuvre de niveau avancé, le freinage sur l’angle.
Rien de bien sorcier si vous maîtrisez déjà les bases du freinage : là encore, c’est avant tout une question de dosage.

Je sais qu’il est difficile de se confronter à ses peurs. Mais croyez-moi, la satisfaction est d’autant plus grande quand on parvient à surmonter ses angoisses. Découvrir à quel point votre moto peut freiner fort sans se mettre par terre procure un très grand plaisir et permet ensuite de rouler avec bien moins d’appréhension, donc moins de fatigue et plus de sécurité.

X