Peu de motards le conçoivent, mais la maîtrise technique à basse vitesse est essentielle dans l’aisance à toutes les allures.

La maîtrise de la basse et très basse vitesse constitue un des piliers de l’instruction technique des motocyclistes des forces de l’ordre.
Savoir gérer son équilibre, son adhérence, la stabilité de la moto, l’inclinaison de la machine à des vitesses inférieures à 30, voire à 10 ou même à 5 km/h… c’est fondamental !

A ces vitesses où l’effet gyroscopique est trop faible pour assurer pleinement l’équilibre de l’ensemble de l’équipage, acquérir les bases techniques qui préservent l’équilibre garantit de pouvoir ensuite conserver la stabilité à des allures plus élevées, et donc plus faciles.

C’est à basse vitesse que l’on apprend le mieux à adapter sa position de conduite, à gérer ses appuis, à détendre le haut du corps sur le guidon, à ressentir la moto avec les jambes, les pieds et les genoux, à la laisser vivre sans se crisper.
Même à basse vitesse, la notion de trajectoire et son principe de base (entrer large pour sortir serré) reste non seulement valable, mais fondamental.
Et c’est bien en-dessous de 5 km/h que s’éprouvent les bases de la gestion de l’allure : rester sur le rapport adapté, conserver en permanence du gaz, stabiliser la moto en appui sur la roue arrière, doser le freinage.
Enfin, si vous ne savez pas tourner la tête et quitter la moto des yeux à 3 km/h, vous ne saurez pas le faire à 50 ou 100 km/h…

La maîtrise du maniement à basse vitesse assure d’une part une aisance dans toutes les manoeuvres, mais d’autre part une meilleure progression dans la suite de votre apprentissage vers plus de sécurité, de confiance et d’aisance… donc de performance !

C’est pourquoi je recommande de suivre d’abord une formation sur ce thème avant de participer aux stages de conduite en virages, sur route ou sur circuit.

L’apprentissage, l’entraînement et la progression à basse vitesse, c’est principalement apprendre à :

  1. adapter votre position de conduite, gérer vos appuis, rester souple sur la moto ;
  2. adapter votre regard, garder un regard actif et mobile, voire sortir totalement la moto du champ visuel ;

Deux fondamentaux de la conduite qui s’avèrent essentiels dans la conduite en virages à allure soutenue, plus encore à vitesse élevée.

Développer votre aisance à basse vitesse n’est jamais du temps perdu !

 

X