Témoignage de Jean-Michel :

« J’ai 47 ans, Varois d’origine. Je n’ai mon permis moto que depuis 2006, mais j’ai toujours eu de petites cylindrées (moto, scooter) avant le permis. Après le permis, quelques Japonaises et je roule actuellement avec une R 1200 GS.

Je voulais vous faire part de mon retour d’expérience suite à deux stages que j’ai faits au printemps 2013 avec Fabien : un premier stage individuel de condutie en virages sur route « ouverte » et un stage collectif de maniement de la moto à basse vitesse.
Ce qui m’a donné envie de faire ces stages, c’est qu’après sept ans de pratique moto par tous les temps et sur tous types de routes, en balade avec des potes qui n’hésitent pas à me proposer leurs théories, j’avais l’impression d’avoir un peu d’expérience et de connaître à peu prés les pièges de la route.
Cependant, toutes ces expériences partagées ne me permettait pas toujours de rouler sereinement. Par exemple, je sais qu’il m’arrive de ralentir exagérément à l’entrée d’un virage un peu serré ou pire de ressentir le besoin de freiner dans la courbe parce que j’y suis entré de façon très improvisée… Et cette conduite trop spontanée me laisse un gout amer, je sens bien que je pourrais faire mieux. Surtout, j’aimerais solliciter un peu moins le facteur chance…
En fait c’est ça, je voulais prendre un maximum de plaisir à moto sans avoir l’impression de prendre des risques inconsidérés.
Je me suis donc orienté vers ces stages.

J’ai vraiment trouvé ces stages passionnants et constructifs. Je tiens vraiment à remercier mon instructeur, Fabien, pour ses compétences de terrain, sa pédagogie et sa capacité à discerner le défaut, trouver les mots pour l’expliquer, et ce d’un simple coup d’œil que ce soit en cours individuel ou en groupe.
Je conseille vraiment à tout le monde cette expérience, aux plus aguerris comme aux plus prudents, on en sort forcément grandi.
L’ambiance générale, la méthodologie, les conseils très avisés et toujours une bonne humeur constante. Pour ma part, je me languis déjà du prochain !

Quelques jours après ces stages, je réalise à quel point il faut avoir en tête et dans le corps de la technique pour se prévaloir de conduire en sécurité et efficacement. Je conduis plus conscient : si je roule bien je sais pourquoi, sinon je réalise mes erreurs et tente d’y remédier car je sais comment.
De fait, j’ai une vraie méthode qui me permet de progresser de façon autonome, les bases acquises pendant ces journées vont me permettre de travailler mes sensations et mes réflexes, qui une fois intégrés me serviront non seulement à rouler en sécurité mais aussi de profiter au maximum d’un stage de pilotage ou je pourrais me concentrer sur la recherche de performances.

Pour conclure, je pense que quel que soit le niveau, il est nécessaire de reprendre les bases, de travailler la technique sans recherche de performances immédiates pour aller ensuite plus loin et plus vite.
Ce n’est que la réalité de l’apprentissage quel qu’il soit : assainir et solidifier les fondations avant d’élever les étages. »

* * *

* * *

Témoignage de Franck :

« Je m’appelle Franck, 46 ans, plus d’une vingtaine d’années de moto derrière moi avec parfois des années à plus de 20 000 km par an. Heureux possesseur d’une magnifique BMW R1200 GSA 2011 et je vis à Fontainebleau.
En fait, la moto a été toujours pour moi mon grand plaisir à moi presque tout seul… Je pourrais presque dire cette compagne qui me permet de m’évader, lorsque j’en ai besoin, de mon quotidien de cadre « dynamique »…
J’ai d’ailleurs bien baroudé en France et ailleurs… De grands moments de bonheur : sensations, découverte, partage et plus encore… Enfin vous savez de quoi je parle…
Et pourtant, malgré tout cela, je sentais que je n’arrivais pas à en profiter pleinement… la peur de la chute m’a toujours habité. Mon approche de motard prudent qui préférait toujours anticiper, prévoir… plutôt que d’avoir un jour à me relever avec une partie en moins.
Raisonnable certes, mais j’avais également la sensation que mon niveau de conduite ne me permettait pas de me faire vraiment plaisir, par exemple de prendre vraiment de l’angle dans un virage, tout en gardant cette prudence. En fait, l’impression de ne pas profiter pleinement de mes moments d’évasion.
Par ma compagnie d’assurance, j’avais bien tenté quatre journées de perfectionnement sur circuit… de réels bons moments… mais une fois reparti sur la route, les progrès acquis sur circuit ne me paraissaient pas transposables sur la route, mon terrain de jeu favori.

En mars 2013, via mon forum moto, j’ai eu par hasard l’occasion de rencontrer Fabien à l’occasion d’une journée de perfectionnement moto sur le thème de la maniabilité à faible vitesse…
Cette journée, simplement une révélation !!!
Position accroupi, à genoux, en danseuse ; apprendre à la relever sans peine ; effet gyroscopique ; slalom à faible vitesse ; faire des 8 dans un mini cercle et sans poser le pied à terre !!!
C’est dingue, ce que je me suis vu faire avec ma moto, et cela, sans prendre aucun risque !! Du réel plaisir brut, enfin !!! Je suis d’ailleurs persuadé qu’elle a aimé cela aussi !!!

Je ne pouvais m’arrêter là…. et, en fin de journée, j’ai demandé à Fabien de me donner un cours particulier d’une journée : je voulais perfectionner mon niveau de conduite sur route, notamment dans la prise des virages… En clair, me faire davantage plaisir tout en maintenant mon exigence de sécurité.

Rendez-vous pris, Fabien arrive à la maison… pause petit déjeuner et on attaque…
Petit topo théorique d’abord : position sur la moto, faire corps avec la belle, les genoux bien serrés, la position à adopter dans le virage ; la trajectoire de sécurité ; la position du regard ; régler sa vitesse avant d’aborder le virage, etc.
Génial !!! Mais comment allais-je réussir à intégrer tout cela d’un coup et prendre du plaisir sans me faire peur ?

Et nous voilà en route pour la pratique : il sélectionne une série de virages à proximité de mon domicile (pour info, lieu d’entrainement de l’école des motocyclistes de la Gendarmerie Nationale !). Et on attaque : au départ, je le suis et me cale sur sa trajectoire… Il m’observe dans ses rétros et apporte ses corrections avant un nouveau round.
Je sens que j’assimile progressivement la théorie et me l’approprie à mon rythme… et puis c’est moi qui passe devant… Son regard me suit et me corrige à chaque halte : les instructions sont claires et précises.
Je sens que je progresse, que je maîtrise mieux ma monture, qu’elle adhère mieux et tout cela sans que j’aie l’impression de me mettre en danger, au contraire.

Pause déjeuner : le prof est toujours autant concentré et m’indique les plus et les moins de ma progression et ses attentes pour l’après midi… Il m’emmène sur un autre spot (un autre lieu d’entrainement de la gendarmerie).
Et nous voilà repartis, et là je découvre vraiment de nouvelles sensations : je vais plus vite, je penche plus… Et surtout je me sens davantage en sécurité !!! Enfin, l’ébauche du vrai plaisir, celui que je cherchais…
Nous continuons tout l’après-midi, j’ai fini épuisé mais avec ce fameux sourire hagard aux lèvres car non seulement j’avais progressé, mais je sentais que cela m’a ouvert de nouvelles portes et de nouvelles sensations.

Nous faisons un bilan complet de la journée, acquis et axes de progression : « Tu as encore de la marge, tu peux pencher encore plus !!»
Et la cerise sur la gâteau, j’ai rencontré quelqu’un de vraiment pro, passionné et pédagogue avec qui j’ai passé un réel bon moment : une belle rencontre dans tous les sens du terme !!! Que les rêves furent beaux cette nuit-là !!!
Au final, ces deux journées avec Fabien (cours collectif et particulier) m’ont vraiment permis de passer un cap : devenir un meilleur motard, profiter bien plus tout en augmentant mon niveau de sécurité : quelle belle surprise !

La suite, il ne la connait pas encore et ce témoignage est l’occasion de la partager avec vous.
Je suis retourné m’entraîner seul à maintes reprises avec les conseils et corrections de Fabien en tête… et au-delà de davantage progresser (ça il me l’avait déjà apporté !), j’ai surtout pris davantage confiance en mon nouveau style de conduite, je l’ai totalement adopté.
Cet été, fin prêt, je suis parti 8 semaines !!! Entre Corse, Toscane, Alpes suisses et italiennes : 9.000 km où là, vraiment et enfin… j’ai vécu pleinement ce plaisir de conduire tant attendu, le pied !
Fabien, réellement merci parce que je te le dois. Et à vous tous, un seul conseil : Foncez !!!!  »

* * *

* * *

Témoignage de Marc :

J’ai 46 ans, je suis Parisien d’origine, vivant en Haute-Savoie depuis trois ans. Je pratique le deux-roues depuis l’an 2000 : des scooters pendant 12 ans, puis deux motos depuis mon permis en 2012. J’ai commencé fin 2012 avec une Kawasaki ER-6n, et une BMW R1200RT depuis juillet 2013.
Je me considère comme un jeune permis, toujours en apprentissage. Mes 12 années de scooter n’ont compté que peu pour le pilotage moto.
C’est la moto-école m’a tout d’abord donné le goût pour la maîtrise de la machine, puis j’ai découvert le site de Fabien sur lequel j’ai réagi à un des articles. Fabien m’a répondu, j’ai gardé son contact, puis quand il a eu l’occasion de venir dans ma région, nous avons organisé une première journée de formation en cours particulier. C’était au mois de mai 2013, j’avais encore l’ER-6n. Fabien est revenu à l’automne et nous avons organisé une nouvelle journée de formation en cours particulier avec un autre motard en R1200RT. Enfin, j’ai participé le jour suivant au stage collectif de virages sur un circuit de karting.

J’ai donc passé en tout trois journées de stage avec Fabien, à travailler le maniement à basse vitesse, la conduite sur les beaux virages de ma région et cette journée sur un circuit de karting. Ayant moi-même été formateur dans un tout autre domaine, j’ai vraiment pu apprécier la pédagogie et la clarté du formateur. Quelle que soit la complexité de l’exercice, tout est expliqué simplement. Si j’ai une difficulté pour exécuter quelque chose, Fabien trouve toujours un moyen de décomposer et propose des exercices intermédiaires pour progresser par étapes.

Même si je me rappelle avoir réussi à maîtriser le parcours lent assez facilement à la moto-école, j’avoue avoir un peu de mal avec le maniement à basse vitesse. La formation aborde bien plus de cas de figure que ceux des parcours du permis (avant la réforme de 2013) appris par cœur à la moto-école. Je suis loin d’avoir réussi tous les exercices proposés par Fabien. L’important est d’avoir assimilé les techniques et de s’entraîner à les appliquer quand l’occasion se présente.

Pour le stage sur route ouverte, je vous conseille d’être équipé d’un intercom Bluetooth compatible avec celui de Fabien, c’est vraiment pratique pour discuter en roulant, exprimer des difficultés, réagir… Autrement, ce sera la bonne vieille oreillette, façon moto-école. Dès qu’une bonne série de virages se présente, on se pose pour les enchaîner plusieurs fois. Là encore, les choses sont traitées en profondeur : il est question de positionnement, de regard, de régime moteur et de trajectoire, mais aussi de freinage. Je n’avais pas l’impression d’être en difficulté dans les virages auparavant, cependant tous les points évoqués précédemment étaient perfectibles.

Pour ce qui est de la journée sur le circuit de karting, j’ai beaucoup apprécié. Le circuit est vraiment une bonne idée pour la moto : c’est très technique, le bitume est excellent, on peut repousser en toute sécurité les limites que nous impose habituellement la circulation sur la voie publique. Là encore, malgré 16 motos en piste, les choses se font de façon ordonnée et avec progressivité.
D’abord une découverte du parcours, puis des exercices sur l’équilibre. Puis viennent les techniques de positionnement du corps et du regard, d’inclinaison de la machine (pour la route, et non pour le circuit). Puis enfin les trajectoires.
Les tours s’enchaînent, tout le monde est concentré. A chaque session, il faut mettre en pratique un geste, une technique supplémentaire. Les virages passent de mieux en mieux au fil de la journée, la moto s’incline de plus en plus, jusqu’à faire frotter les cale-pieds !
Croyez-moi, je n’ai pas souffert d’insomnie le soir même et j’ai eu quelques courbatures le lendemain ! Mais quel pied !

Les bénéfices de ces journées se ressentent immédiatement. Je me sens plus à l’aise dans ma conduite au quotidien. Je n’essaie pas de rouler plus vite ou de prendre plus de risque, j’essaie simplement de mieux effectuer ce que je faisais avant. L’allure viendra naturellement, je pense.
Mais plus important encore, je connais plus précisément ma marge de progression, je sais quoi faire pour continuer de me perfectionner seul ou avec des potes motards. C’est valable pour les cols de montagne près de chez moi ou sur un parking désert.
Merci Fabien !

* * *

* * *

D’autres témoignages sur le forum des motards franciliens :
[CR] stage du 9 novembre proposé par Flatfab
[CR] Stage 10/11 proposé par FlatFab

X