témoignages


Catherine

Je n’ai que trop tardé pour faire un CR des 3 jours que j’ai passé avec Fabien au mois d’août 2015 !

J’étais un peu « hors cadre », il est vrai, loin de ses stages de groupe.
A l’origine, un gros soucis avec ma monitrice de moto école. Pas assez d’explications, de conseils, pas de progrès, et pour cause !
Donc un soir, je passe un petit mot à Fabien pour lui demander des conseils, lui demander son avis sur une idée. Je n’avais pas dit grand chose que Fabien avait déjà cerné le problème, et nous voilà après quelques messages à commencer à évoquer un stage « sur mesure », en cours particulier.
Le temps de mettre ça au point (Fabien, encore merci du temps que tu as consacré à l’organisation, on n’a pas été gâtés par les différents événements !), je décide de casser ma tirelire et réorganise mes vacances pour aller passer 3 jours à Bordeaux au CFR2 avec lui.
Objectif : être à l’aise sur les manœuvres lentes pour décrocher le plateau avec aisance.
Et dixit Fabien, « tu vas tous les déchirer ! ».

Premier jour, premier contact avec la moto.
Fabien m’explique de quelle façon il va me faire travailler par rapport à ce que j’attend et on commence par l’équilibre de la moto (la tenir juste à 2 doigts sur le rétro, en faire tout le tour en la tenant à 2 ou 1 seule main voir la lâcher, des trucs funs même si flippants quand on le dit comme ça !).
Début complètement déroutant pour moi mais ô combien utile : apprendre que sa moto, elle peut tenir en équilibre à l’arrêt et qu’il ne faut pas avoir peur de son poids !

Une fois dessus, je suis nettement plus à l’aise tout de suite et sans arrière-pensée !
Sans compter qu’après 4 ou 5 virages, Fabien m’apprend à me servir de l’embrayage et à pencher plus la moto pour tourner plus court au lieu d’aller sur les butées de direction, ou à faire des 8 quasi debout sur les cale pieds, lever une jambe ou une main, tenir le guidon juste du bout des doigts.
Sacrée progression par rapport à mes derniers cours à la moto école !!!!!

Et nouvelle découverte que d’utiliser les pieds, c’est con hein ?
Comme le « comment sortir les épaules » et pas seulement pour faire joli, mais pour aider à appuyer sur le pied extérieur. Comme par hasard, je suis nettement moins crispée sur le guidon et ça tourne mieux !!!!!

On détaille un peu plus l’utilisation et la grande vertu de la poignée de gaz, même pas évoquée en moto école…
Je n’avais plus le droit à « serre les genoux et fais un câlin à ta moto » comme disait mon ancienne mono de loin, mais à « mets plus de gaz, ça passera mieux » et remarques à chaque fois sur ce qui va ou ce qui est à corriger, encouragements et sourires sur les succès, tout ce qu’il faut pour se sentir bien et en confiance.
C’est quand même un sacré kif !!!!!

Les exercices se poursuivent, certains rentrent mieux que d’autres.
Quand ça ne passe pas d’une façon, on en essaye une autre jusqu’à ce que la technique soit comprise et on continue la progression.

Au fur et à mesure des deux premiers jours, l’idée a été de décortiquer chacun des aspects techniques de l’épreuve du plateau pour les intégrer.
Bon, je bloque encore sur les changements d’appui en manœuvre lente, mon cerveau de blonde a besoin d’entraînement pour intégrer la manipulation combinée de l’embrayage, les gaz et le frein en même temps que le regard et les appuis !
Ce sera long, ça prendra du temps, je ne suis visiblement pas faite pour faire du stage intensif mais une fois que c’est rentré et que les sensations sont là, je n’aurais qu’à les retrouver.

Un petit changement de main, me voilà partie pour assister au briefing de David, un autre moniteur qui va lancer un de ses élèves sur le lent avant d’attaquer le parcours.
Mêmes explications avec un autre langage, d’autres mots, un nouveau déclic et c’est parti.

Bon, pas simple quand même. Il faut « s’amuser » comme le dit David, ne pas se préoccuper du chrono, bon soit, mais faudrait avant tout réussir à passer toutes les portes !!!!!
Trop concentrée sur les commandes et où poser le regard, j’en oublie un peu les appuis sur les pieds, ça finira par passer difficilement en décollant un peu mon popotin de la selle !!!!
J’ai finalement réussi à faire une fois le parcours sans mettre le pied au sol, seul le départ arrêté au milieu du ½ tour me posait encore soucis.
Et en toute fin de journée, histoire de bien enregistrer le parcours et de corriger ce que je n’ai pas compris, David va m’emmener derrière lui faire la boucle à plusieurs reprises, c’est cool !

Le temps et quelques petits soucis ont eu raison de moi le dernier jour : j’étais fatiguée et j’ai fait une grosse crise d’angoisse à chaque début de demi-journée que j’ai eu du mal à évacuer.
Et quand il fait 35° à l’ombre, quand on est en plein soleil toute la journée dans l’équipement moto et qu’on sue à grosses gouttes, ça met beaucoup à mal physiquement aussi.
Fabien, toujours aussi calme et patient, me fait reprendre quelques bases pour que je me remette dans le bain le matin. L’après-midi, j’étais tellement cuite que j’en ai oublié mes appuis, donc pas de bons résultats sur le parcours.

L’histoire retiendra aussi que Fabien, très taquin, a voulu me faire faire un concours de tee-shirt mouillé, mais que seuls les mecs ont finis douchés au tuyau d’arrosage des pieds à la tête !!!!

Le bonheur au bout de ces trois jours, c’est que maintenant j’ai les bases, je commence à comprendre ce qui ne va pas quand je ne réussis pas bien une manœuvre et je sais ce que j’ai à travailler. Une fois physiquement intégré tout ça, ça devrait passer tout seul !!!!

Et la preuve est là ! J’ai trouvé une nouvelle moto école à mon retour de vacances.
Lors de mon test pré inscription, ce que m’a appris Fabien deux semaines avant est revenu tout de suite malgré le changement de moto.
Résultat : apte à prendre la moto jusqu’au plateau, ce dont j’avais quasi été privée auparavant.
Et hier soir, que du bonheur autant sur la route que sur le plateau où j’ai roulé debout sur un pied, les genoux sur la selle ou en amazone.

Alors Fabien, mille merci pour ces 3 jours, c’était super !
Sans compter la peine que tu as eu à organiser tout ça entre la disponibilité de la piste, les motos bloquées en douane, etc …
Je suis rentrée crevée et fourbue de ce stage, mais c’est que du bonheur d’apprendre avec toi et tu sais comment faire pour amener à comprendre et comment faire.
J’ai de bonnes bases, il reste du travail, mais le permis est maintenant vraiment à portée de main, et j’espère pouvoir dès le printemps prochain venir assister à tes stages pour continuer à apprendre à bien rouler en toute sécurité !