témoignages


Corentin

Hier, j’ai donc participé au stage de conduite en virages sur route ouverte avec FlatFab.

Rendez-vous était pris lundi matin à 9h au rond-point de l’Obélisque à Fontainebleau. La pluie était aussi au rendez vous.
Oups, pas cool pour une journée de stage en virage…

On file faire le plein, la pression des pneus et les vidanges à la station la plus proche.
Fab nous détaille la journée et on file sur la D64 entre Arbonne et Achères-la-Forêt. Portion qui sera notre terrain de jeu pour la matinée.

Une fois sur place, on fait les présentations, chacun explique pourquoi il est là.
Il s’est arrêté de pleuvoir, mais la route est mouillée. Pas grave.
Le cours commence par la partie théorique et s’enchaîne avec les exercices pratiques.
Entre chaque exercice, on s’arrête et on débriefe.
Le matin, on a travaillé les positions sur la moto, et les appuis. Très instructif.
On a ensuite enquillé avec la trajectoire.
On suit notre prof et ensuite, il suit chaque stagiaire pour corriger. C’est l’avantage d’être en cours « privé ».

Arrivé 13h, on va déjeuner à Fontainebleau.

On repart l’après midi sur la portion dite « de l’escargot », une série d’épingles avec un revêtement super.
En plus, la route a séché, c’est super.

L’après midi, on travaille l’allure et le regard. Bien évidemment, le but est de combiner tous les éléments appris depuis le matin.
Après quelques heures de pratique, d’épingles et de correction, on part pour une mini balade pour rejoindre le premier « spot » de la D64 pour voir la différence avec ce matin.
On se séparera ensuite après 2-3 allers-retours.

Mes impressions :
– Pour moi qui suis parfois pas très à l’aise en virage, cela m’a permis d’acquérir une bonne base technique pour prendre les virages plus en sécurité d’une part et de manière plus fluide d’autre part.
– Les points où j’ai vraiment appris sont sur la trajectoire et la position sur la moto, notamment au niveau des appuis des pieds et des genoux. L’exercice dans lequel on enquille la D64 en lâchant la main gauche sur tout le parcours est génial pour prendre conscience de ça.
– En sortant de ce stage, évidemment on n’est pas Rossi, mais on dispose d’une bonne base et il faut l’appliquer et s’entraîner à chaque sortie. J’ai encore des progrès à faire.

Dommage que le stage ne soit pas sur deux jours.
Je pense que Franck qui a effectué le stage sur piste le dimanche, puis sur route le lundi a dû vraiment progresser.

On n’en connait jamais assez, la formation n’est jamais de trop !