témoignages


Maxime Lafargue

Bonjour,

Voici mon témoignage du cours avec Fabien, mais juste avant, petite mise en contexte : Maxime, 25 ans, j’ai la formation (et non le permis) 125 et je pilote depuis un peu plus de 6 mois une magnifique GSX-S125.
L’objectif de la formation, pour moi : être plus à l’aise à basse vitesse et dans les virages.
Ayant des besoins spécifiques et en emploi du temps plus que chargé, j’ai opté pour une journée en cours individuel.

Voilà pour le contexte, passons maintenant à la journée :
Après un rapide café et une discussion autour de mon historique et de mes besoins, nous avons engagé la journée sur une séance « plateau ». Allure lente, freinage, virages en huit, tout y passe.
Nous avons travaillé sur le regard, la position, mais aussi l’association embrayage/frein arrière/accélération qui, auparavant, me paraissait anodine mais est, en réalité, d’une importance considérable.
J’ai même pu voir Fabien monter sur ma moto pour me montrer que d’une, c’était possible et de deux, ce ne m’était pas impossible.

Après une courte pause, qui fut l’occasion d’une sympathique discussion, nous avons pris la direction du restaurant (bien choisi) avant de démarrer la séance routière.

La forêt de Fontainebleau est un magnifique terrain de jeu (tous les motards franciliens vous le diront).
Je l’ai redécouverte avec Fabien, et nous avons pu travailler les types de virages qui me tenait à cœur.
Position, virage en déhanchés extérieur comme intérieur, mais surtout la trajectoire d’anticipation (de sécurité pour les étrangers au site) et le placement du regard.
Sans m’en rendre compte, je resserrais mes virages trop tôt et prenais donc des risques, c’est de l’histoire ancienne.
Plus technique, plus éprouvante, mais plus valorisante, cette séance permet de gagner en confiance sur ces routes qui peuvent parfois impressionner, notamment quand d’autres usagers prennent votre voie pour leur terrain de jeu…
Ce ne furent pas les meilleures conditions pour apprendre à piloter, mais ce furent les meilleures pour apprendre à rouler en sécurité, sur des routes gravillonnées, sales, et avec des tordus de la poignée à gauche à droite. En d’autres mots : en conditions réelles.

De retour chez moi, 300 km s’affichaient en plus au compteur.
Ce fut une journée éprouvante et physique, pensez à bien dormir avant, vous dormirez tout aussi bien après.

Pour moi, l’objectif est atteint, je me sens plus confiant sur ma machine, et plus à l’aise à basse vitesse.
Pour ceux qui, comme moi n’ont passé qu’une légère formation pour avoir le droit de conduire une moto de 15 ch, je ne peux que vous recommander l’ensemble de ces formations.
Pour les autres, je ne suis forcément pas le mieux placé pour vous conseiller, mais ce qui est sûr, c’est que vous ne perdrez pas votre temps.
Quant à moi, le permis est prévu et je ne m’arrêterai pas à ce papier pour ma formation.

Fabien est sympathique, pédagogue et attentif à notre progression, loin d’un moniteur d’auto-école fatigué. Il me fait penser personnellement à ce que pourrait être, de nos jours, un « coach en bonne conduite ». Une journée avec lui, en plus d’être enrichissante du point de vue de la formation, est enrichissante d’un point de vue humain.

Mes excuses pour la longueur de ce témoignage, je n’ai jamais su être concis.
Je dois maintenant conclure, alors, en un mot comme en mille : Merci.